Valorisation et protection du patrimoine dans les régions transfrontalières

Conférence internationale

«Valorisation et protection du patrimoine dans les régions transfrontalières»

Oradea (România), Cetatea Oradea, Corpul C

(Centrul Non-Profit de Susținere a Afacerilor), et. 2, Sala de Conferințe

26 Octobre 2017, 09h30 - 17h00

 

 

Deuxième volet des Rencontres sur le Patrimoine après celle de la veille à Budapest, cette conférence internationale qui a réunit dans la Citadelle d'Oradea plus de 50 participants (représentants d'associations de collectivités locales, de Fondation pour le patrimoine, élus locaux, experts, architectes, professeurs, étudiants ...) a un connu un vif succès. L'intérêt pour le patrimoine est croissant en Roumanie. Les partenaires et participants ont fait part de leur  forte volonté de développer la coopération dans ce domaine, notamment avec la France.

Cette conférence s'inscrivait à la fois dans le cadre des actions thématiques que mène notre association et celui du « Processus d'Oradea » qui vise à développer et soutenir la coopération transfrontalière hungaro-roumaine à l'aide de l'expertise française.

Ce « Processus d'Oradea »  a été créé par le CESCI (Central European Service for Cross-border Initiatives, Hongrie), INFH (France), la ZMO (Zone Métropolitaine d'Oradea, Roumanie) avec l'appui de la Mission Opérationnelle Transfrontalière (MOT, France).

Ce remarquable partenariat a permis d'organiser plusieurs échanges sur : les Groupements Européens de Coopération Territoriale (GECT) en 2012, la Santé en 2014, les Circuits courts en 2016 et une mission d'étude dans les Pyrénées Atlantiques en septembre 2017 pour une délégation hungaro-roumaine.

Les principales organisations de cette coopération étaient représentées : françaises : Sites et Cités remarquables de France avec M. Jonathan Fedy, INFH avec M. José L. Osete, hongroise : CESCI avec M. Gyula Ocskay, roumaine : ZMO avec M. Ciprian Barna.

 

Le choix d'Oradea pour ces échanges sur le Patrimoine fut particulièrement judicieux compte tenu de son histoire multiculturelle. Parfait exemple de l'importance et des conséquences de la défense et de la valorisation du patrimoine. La situation en Roumanie est quelque peu différente qu'en Hongrie mais depuis ces toutes dernières années, une prise de conscience réelle est en train d'émerger. Fruit également du travail de la société civile, des fondations pour le patrimoine, des universités et de l'implication de certains élus locaux.

Les échanges ont également permis d'identifier les besoins et d'exprimer des volontés communes de coopération :

  • - se réunir pour mieux défendre le patrimoine
  • - développer la formation de formateur
  • - instaurer le dialogue avec les habitants et les différents acteurs
  • - réfléchir et planifier sur le long terme
  • - créer des liens universitaires roumains, français et hongrois
  • - poursuivre les coopérations hungaro-roumaines
  • - développer des coopérations avec l'association Sites et Cités remarquables de France.
  • - échanger sur le concept et expériences de «Capitale territoriale»

Dans ce contexte, les partenaires roumains ont fortement exprimé leur souhait de coopérer avec des partenaires français. En effet, le modèle du Label français, les actions et analyses en matière de tourisme en France ont particulièrement intéressé l'ensemble des participants et partenaires.

2018, l'Année européenne du patrimoine, constitue un formidable outil pour mettre en place de nombreuses actions. Face aux défis liés à la globalisation, à la crise européenne et aux problèmes d'identités, le patrimoine apparait comme un formidable vecteur d'identification à la fois locale et européenne. Il contribue au rapprochement des citoyens européens, renforcé par l'importance du tourisme intra européen  et transfrontalier. Le patrimoine tant matériel qu'immatériel constitue un précieux et puissant outil d'expression et d'appropriation d'identité régionale. Il  concourt ainsi à répondre au besoin des citoyens d'avoir ou de retrouver une identité locale dans un monde globalisé.

 

Mots-clés: 

Vous devez vous connecter pour pouvoir lire l'intégralité de cet article.

Se connecter