Rencontres franco-hongroises sur le Patrimoine

Rencontres franco-hongroises sur le Patrimoine

Institut Français de Budapest, 25 octobre 2017


 

Avec plus de 50 participants (représentants d'associations de collectivités locales, élus locaux, experts, architectes, urbanistes, service économique et Conseiller du commerce extérieur,....) ces Rencontres ont un connu un vif succès.

Ces Rencontres s'inscrivaient dans le cadre d'un excellent partenariat entre l'association Sites et Cités remarquables de France et TÖOSZ (la Fédération nationale de collectivités locales, hongroises, initié et animé par l'association Initiatives France-Hongrie (INFH) depuis 2010.

Cette coopération a débouché en 2013 sur la création en Hongrie du Réseau des villes historiques de Hongrie (TTT Halo) et d'un groupe de travail informel réunissant TÖOSZ, TTT Halo, la MUT (Société Nationale d'Urbanisme), LRMI (Observatoire régional) et INFH.

             

Les principales organisations de cette coopération étaient représentées :

françaises : Sites et Cités remarquables de France avec M. Jonathan Fedy, Chargé des relations internationales ; INFH avec M. José L. Osete, Directeur

hongroises : TÖOSZ, avec notamment MM. Tamas Aldozo, coprésident et Gyergyak Ferenc, secrétaire général ; TTT Halo avec MM. Gyula Porga, Président (maire de Veszprém) et M. Tibor Garaguly, vice-président (maire de Etyek) ; MUT avec M. Richard Ongjert, Conseiller Sénior et LRMI avec M. Robert Kovacs, Directeur.

 

Les diverses interventions et débats qui ont suivi ont notamment permis :

  • de faire le point en Hongrie. La constitution du réseau des villes historiques avance et le projet de Label est prêt. Des négociations avec le gouvernement à travers le secrétariat d'Etat au patrimoine sont en cours.
  • de nombreux échanges sur «Patrimoine et Tourisme»: sujet qui a particulièrement intéressé les participants. Nécessité de travailler en réseau avec la mise en œuvre en Hongrie d'un nouveau système basé sur l'intercommunalité; Les réflexions et actions françaises sur l'équilibre des territoires, la durabilité des actions dans le domaine du patrimoine, la volonté d'impliquer les habitants en prenant en comptes toutes les catégories (âges, H/F, handicapés - valides, enfants, chômeurs...) et d'élargir les publics. Une présentation d'actions concrètes de sensibilisation de ces différents publics a mis en exergue l'intérêt de ces démarches. L'innovation dans ce domaine a également été mise en avant. Le tout étant source d'emploi, non dé localisable, comme cela a été mis plusieurs fois en avant en France comme en Hongrie.
  • de présenter les analyses sur les évolutions du tourisme, ses tendances, ses travers et ses limites. De souligner l'importance du tourisme intra européen et transfrontalier au sein de l'UE
  • la prise de conscience du besoin d'identité locale
  • d'échanger sur les problèmes communs et dilemmes liés à l'augmentation du nombre de touristes: «bon et mauvais tourisme» et/ou plafond atteint (Barcelone, Budapest, Londres, Madrid, Paris, Venise...). Comment les autres villes / régions (reste du pays) peuvent-elles bénéficier de ces flux touristiques (Paris - Budapest) ?
  • de soulever la préoccupation commune: que faire des monuments historiques? 10000 en Hongrie, de nombreuses collectivités locales et régions font face à cet important problème. D'utiles échanges devraient être organisés sur ce sujet.

Ces débats et échanges ont confirmé la volonté des partenaires de poursuivre et d'approfondir les échanges franco-hongrois dans le domaine du patrimoine et de renforcer les liens entre associations.

2018, l'Année européenne du patrimoine constitue un formidable outil pour mettre en place de nombreuses actions. En outre, afin de faire avancer le réseau européen des associations de villes historiques, avec pour pivot l'association française, les partenaires prévoient de répondre à un appel à projet qui permettrait d'impliquer plusieurs pays. En outre, le SCAC et l'Institut Français qui accueillait ces Rencontres, souhaitent être partenaire et contribuer à ces échanges.

Par ailleurs, les partenaires hongrois, ont souligné l'importance de travailler ensemble, en réseau afin d'avoir une vision globale et commune. Avec la volonté que l'ensemble d'un territoire puisse bénéficier des retombées de l'action d'une grande ville. Ils ont confirmé la nécessité de développer le réseau des villes historiques afin de pouvoir peser sur les décisions gouvernementales.

 

Face aux défis liés à la globalisation, à la crise européenne et aux problèmes d'identités, le patrimoine apparait comme un formidable vecteur d'identification à la fois locale et européenne. Il contribue au rapprochement des citoyens européens, renforcé par l'importance du tourisme intra européen  et transfrontalier.

Le patrimoine tant matériel qu'immatériel constitue un précieux et puissant outil d'expression et d'appropriation d'identité régionale. Il  concourt ainsi à répondre au besoin des citoyens d'avoir ou de retrouver une identité locale dans un monde globalisé.

Enfin, ces Rencontres se sont poursuivis le lendemain (26.10) à Oradea (Roumanie) dans le cadre de la coopération transfrontalière et du « Processus d'Oradea » animé par INFH (F), le CESCI (H) et la ZMO (RO).

En outre, M. Tamás Áldozó, co-président de la Fédération Nationale de Collectivités Locales, TÖOSZ (Hongrie) a été invité à participer et à représenter la Hongrie à la conférence organisé à Varsovie par l'ambassade de France et le ministère polonais du développement sur « Patrimoine et revitalisation urbaine » (13 & 14 novembre).

 

 

Mots-clés: 
Mots-clés: 
Mots-clés: 
Mots-clés: 
Mots-clés: 

Vous devez vous connecter pour pouvoir lire l'intégralité de cet article.

Se connecter