Deuxième séminaire européen sur l'observation des territoires transfrontaliers

Deuxième séminaire européen sur l'observation des territoires transfrontaliers

Le 30 Septembre 2014, Budapest

Institut Français

Le séminaire de Nancy (2012)

Un séminaire sur l'observation statistique des territoires transfrontaliers a été organisé en 2012 à Nancy par la Mission Opérationnelle Transfrontalière (MOT), la DATAR (Délégation interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'AttractivitéRégionale) et la FNAU (Fédération Nationale des Agences d'Urbanisme). Les différents organismes des pays représentés (la France, l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et l'Italie) ont convenu de la mise en place d'un groupe de travail, chargé de l'harmonisation des données statistiques recueillies dans les régions transfrontalières.


Pourquoi l'observation statistique des territoires est importante ?

La cohésion territoriale de l'Union européenne et le développement du marché unique demandent l'ouverture des frontières internes et la suppression des obstacles juridiques et administratifs, ainsi que l'analyse précise, fondée sur des bases de données adéquates, du processus d'intégration.

Les statistiques territoriales et leurs méthodes relèvent de la compétence nationale, par conséquent la définition des unités territoriales administratives statistiques, ainsi que les périodes où les données sont relevées diffèrent d'un Etat à l'autre. Ces différences empêchent une meilleure compréhension des  processus territoriaux, économiques et sociétaux trans-européens, mais la difficulté la plus importante qu'elles causent concerne les régions frontalières où il serait nécessaire de mesurer les flux transfrontaliers.

Bien qu'Eurostat recueille des données des États membres (et de quelques autres États) suivant la même méthodologie,

  • les données recueillies auprès des États membres sont publiées avec du retard, et perdent ainsi de leur actualité ;
  • les unités territoriales décrites statistiques par ces données (NUTS 2 et NUTS 3) diffèrent des niveaux habituels de la coopération transfrontalière (LAU 1, LAU 2).

 

Dans l'intérêt d'une intégration économique renforcée et d'une coopération socio-culturelle plus forte, il est nécessaire d'assurer un meilleur accès aux bases de données et une harmonisation plus élevée des processus de collecte de données. Tout cela demande une coopération des institutions nationales de statistique et de planification.

 

Quel est l'objectif du séminaire ?

Le séminaire de Nancy a permis la rencontre des représentants de la France et des Etats voisins. La situation est très différente en Europe centrale et orientale: la taille moyenne des pays est plus petite (env. 75000  km2 ) qu'en Europe occidentale, le nombre des frontières est plus élevé, et le statut des frontières (y compris le rideau de fer) a empêché le travail des acteurs concernés et le développement régional pendant des décennies. Grâce à l'élargissement, de plus en plus d'anciens Etats communistes ont rejoint l'UE ce qui permet non seulement l'ouverture des frontières mais aussi le lancement de coopérations stratégiques. Celles-ci nécessitent une évaluation de la situation actuelle, impossible sans garantir l'accès à des données statistiques fiables et adéquates.

 

Les principaux objectifs du séminaire :

  • attirer l'attention des institutions (autorités nationales de planifications, instituts statistiques) et des décideurs (ministères) concernés en Europe centrale et orientale sur la nécessité de la coopération dans le domaine de la statistique territoriale ;
  • présenter les bonnes pratiques des statistiques territoriales transfrontalières d'Europe du Nord et de l'Ouest ;
  • identifier les cadres potentiels de coopération pour l'Europe centrale et pour les pays de l'est et de l'ouest.

 

 

PROGRAMME PRÉVU

 Mots de bienvenue (10:00 – 10:30)

M. Marcell Biro, Secrétaire d'État administratif, la Ministère des Affaires étrangères de la Hongrie

M. Hervé Ferrage, Conseiller de coopération et d’action culturelle / Directeur de l’Institut Français

M. Olivier Denert, Secrétaire Général, Mission Opérationnelle Transfrontalière (France)

M. Martín Guillermo Ramírez, Secrétaire Général, Association des régions frontalières européennes

M. Zsolt Németh, Vice-président pour les statistiques sociales, Bureau central de statistique de Hongrie

 Le probléme – Pourquoi a-t-on besoin de l’ observation territoriale dans les régions frontalières ? (10:30–11:45)

Lors du premier panel de discussion les intervenants présenteront les difficultés et les problémes provoqué par l'absence des données statistiques comparables et celle de l’observation territoriale permanente. Notre objectif est de faire remarquer la nécessité de la coopération dans ce domaine et d’identifier les problèmes causé par les pénuries de la collecte et le traitement des données.

 

Les problèmes seront présentées du point de vue de

  • la recherche scientifique

M. James Scott, professeur en études régionales et frontaliѐres, Institut de Carélie de l'université de Joensuu (Finlande), Secrétaire exécutif de l’Association des études frontaliѐres

 

  • l’observation territoriale

M. Gilles Toutin, Département des stratégies territoriales du CGET – Commissariat général à l’égalité des territoires), (France)

  • planification spatiale

M. Mátyás Jaschitz, Directeur de la planification, CESCI – Service central européen pour les initiatives transfrontalières (Hongrie)

  • évaluation des programmes de la CTE

Mme Ieva Kalnina, développeur et formateur, INTERACT Vyborg

 

La solution (13:00 – 14:15)

Lors du deuxième panel de discussion les intervenants présenteront plusieurs modèles d'excellence dans le domaine de l’observation territoriale et du traitement des données. Notre objectif est de montrer la voie à suivre en Europe en vue de parvenir aux buts de l’Initiative de Nancy.

 L'Atlas statistique de la Galice et du Norte de Portugal

M. Nuño Almeida, Coordinateur portugais de la Communauté de travail Norte de Portugal-Castilla y León et del la Communauté de travail Norte de Portugal-Galicia (Portugal)

  • Le modèle Örestat

M. Daniel Svärd, Gestionnaire de projet, Chef d'unité, Skåne Region (Suède)

  • Le modèle SIGRS-GISOR

Mme Manuela Studer, Gestionnaire de projet (Suisse) et M. Peter Mowitz, Gestionnaire de projet, Rhénanie-Palatinat (Allemagne)

  • Coopération avec les pays voisins

M. Zoltán Végh, Chef de section (Grande plaine du Sud), Association de Science Régionale de Hongrie

 

La perspective européenne (14:45 – 16:00)

La séance de clôture se propose de définir quel rôle les institutions européennes pourrions jouer lors de l'élaboration du cadre pour l’observation territoriale réussie le long des frontières. Le séminaire de Nancy a lancé le processus. Le séminaire de Budapest étend la démarche au territoire de l’Europe centrale et orientale. D'autres étapes sont prévues d’être franchies par les présidences italienne et luxembourgeoise.

 

  • L’initiative de Nancy

M. Olivier Denert, Secrétaire Général, Mission Opérationnelle Transfrontalière (France)

  • La mission de la présidence luxembourgeoise

M. Jean-Claude Sinner, Conseiller de Gouvernement 1ère classe (Grand-Duché de Luxembourg)

  • Une synthèse: la mission de la Commission européenne

Mme Nathalie Verschelde, Chef adjoint d'unité, DG Regio, unité "Coopération transfrontalière européenne"

 

Le séminaire est parrainé par l’Institut Francais de Budapest
et par le Ministère hongrois de l'Administration publique et de la Justice.

 

Mots-clés: 
Mots-clés: 

Vous devez vous connecter pour pouvoir lire l'intégralité de cet article.

Se connecter